Chant orthodoxe slave

6 – 7 janvier 2018

stage avec YAROSLAV AYVAZOV
Yaroslav Ayvazov s’est formé musicalement à Kiev (Ukraine). Il s’établit en Suisse en 2004 pour se perfectionner en classe de Zoltan Toth (alto) au Conservatoire de Neuchâtel. Depuis 6 ans Yaroslav Ayvazov est  soliste basse du choeur Yaroslav’l  dirigé par Yan Greppin.

Parallèlement à ses études instrumentales, il a pratiqué le chant depuis son enfance dans divers ensembles vocaux ukrainiens. Depuis sa jeunesse il assiste régulièrement aux célébrations orthodoxes et étudie profondément les chants  liturgiques qu’il nous transmet avec coeur, enthousiasme et ferveur.

Le chant liturgique russe: mille ans de sauts et soubresauts musicaux

Le chant liturgique russe a mille ans d’histoire: le baptême de la « Rus », en 988, marque le début de la christianisation de la Russie. Cette histoire est hautement complexe, énigmatique, faite de crises et de rebondissements en tous genres.
On suppose que le chant russe fut monodique (à une voix) jusqu’au 16e siècle, constituant une sorte de mélange entre le chant grégorien et le chant byzantin grec.
Dès la fin du 16e siècle, coup de théâtre : les premières polyphonies sont attestées. Or, elles crispent à tel point les débats théologiques qu’elles contribuent à la division de l’Eglise orthodoxe, aboutissant au schisme vieux croyant de 1666.
Sous l’influence lituano-polonaise, puis italienne, les polyphonies catholiques-romaines et protestantes s’immiscent en Russie via l’Ukraine et transforment peu à peu le chant liturgique russe traditionnel.
A partir du milieu du 19e siècle, second coup de théâtre: certains slavophiles cherchent à retrouver les chants de la vieille Russie « non contaminés » par cet Occident qu’ils abhorrent. Mais cela dure peu de temps.
En effet, le début du 20e siècle marque le troisième épisode et la fin brutale de cet extraordinaire renouveau. De 1917 à 1990, le chant liturgique orthodoxe est déclaré contraire aux intérêts de l’Etat communiste et, hormis celles de quelques compositeurs plus ou moins agréés officiellement, les compositions se font rarissimes ou dans le plus grand des secrets.
Depuis 1990 et la chute du communisme, le chant liturgique russe vit à nouveau une renaissance et suscite la redécouverte de son histoire tumultueuse.

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu: Centre du Château de Bossey sur Céligny (à 8 km de Coppet) – Suisse –
(Bus 811 depuis Coppet et Nyon ainsi que covoiturage organisé)

Non résidentiel mais possibilité d’hébergement sur place:
www.bossey.ch
bossey[arobase]wcc.coe.org

Horaires
samedi        6 janvier :     09h30-12h30  et  14h00-16h00 (accueil dès 09h00)
dimanche    7 janvier :     09h30-12h30  et  14H00-16h00

Participation: 200.-

Repas: les repas de midi se prennent  sur place pour 25.- par repas, comprenant entrée, plat, dessert et café, sous forme d’un buffet. (également pour végétariens)

Renseignements et inscriptions
Association Les deux Ailes 021 828 26 54
info[arobase]chanterlabeautedumonde.org

**************************************************************************************************************

6 – 7 octobre 2018

stage avec YAN GREPPIN – choeur Yaroslavl’
14 personnes max

Projet du stage

Le stage se présentera sous la forme d’une histoire musicale.
A l’aide de partitions rares et de matériel audio, nous étudierons et chanterons quelques pièces spécifiques de chaque période, pour tenter de saisir à la fois l’esprit et l’évolution très spécifique de la cette grande tradition méconnue.

Yan Greppin
Fondateur du Choeur Yaroslavl’ en 2008, Yan Greppin est directeur de choeur et chanteur. Fasciné depuis son adolescence par la civilisation russe (Pouchkine, Gogol, Dostoïevski, Tchekhov), il se passionne aussi pour sa tradition spirituelle : l’orthodoxie. Au cours de ses rencontres et ses voyages dans les pays de l’Est, il découvre l’un de ses trésors, son patrimoine musical.
Titulaire de deux licences universitaires et d’un post-grade en philosophie, Yan Greppin (né en 1974) enseigne aujourd’hui la philosophie et la géographie aux Lycées Denis-de-Rougemont et Jean-Piaget à Neuchâtel. Parallèlement à ses études académiques, il poursuit diverses formations musicales : piano,  guitare classique, percussions et chant.
Depuis 2006, il se forme régulièrement en chant byzantin auprès du moine Syméon de Cantauque (Carcassonne), élève de Lycourgos Angelopoulos, et  voyage régulièrement en Russie pour y approfondir sa connaissance du chant orthodoxe.
Outre sa formation classique, Yan Greppin est également autodidacte : piano-jazz, guitare flamenco et percussion kletzmer font partie de son bagage musical.

_____________________________________

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu: Centre du Château de Bossey sur Céligny (à 8 km de Coppet) – Suisse –
(Bus 811 depuis Coppet et Nyon ainsi que covoiturage organisé)

Non résidentiel mais possibilité d’hébergement sur place:
www.bossey.ch
bossey[arobase]wcc.coe.org

Participation: 200.-

Repas: les repas de midi se prennent  sur place pour 25.- par repas, comprenant entrée, plat, dessert et café, sous forme d’un buffet. (également pour végétariens)

Horaires
samedi        6 octobre    :     09h30-12h30  et  14h00-16h00 (accueil dès 09h00)
dimanche    7 octobre    :     09h30-12h30  et  14H00-16h00

Renseignements et inscriptions
Association Les deux Ailes 021 828 26 54
info[arobase]chanterlabeautedumonde.org

_____________________________________________________________________________